Contact
Frédéric Vogel

Tel. : +33 (0)1 70 08 50 83
Mob. : +33 (0)6 42 33 34 77
E-Mail

Différence de comptabilisation entre les normes françaises et les normes allemandes / IFRS


Différence comptable

Les normes comptables françaises (plan comptable), IFRS et allemandes (« HGB ») diffèrent significativement sur la comptabilisation de l’escompte:  

  • Les « Rabais, Remises, Ristournes » accordés au client (sous forme de réduction de prix sur facture ou avoir) viennent en réduction du chiffre d'affaires.
    • Cette réduction est comptabilisée comme une réduction du chiffre d’affaires pour le vendeur et comme une réduction des dépenses pour l’acheteur. Ce traitement comptable est à la fois valable en IFRS, French GAAP et German GAAP (HGB). Ces « Rabais, Remises, Ristournes » impactent directement la marge brute de l’entreprise.
  • D'un point de vue comptable, l’escompte est une réduction accordée à l’acheteur si ce dernier règle la facture avant la date de paiement indiquée sur celle-ci. En l'absence de convention d'escompte, l’escompte ne réduit pas directement le montant total de la facture, mais intervient à posteriori si ses conditions d'octroi sont remplies.
    • Alors que les normes comptables françaises considèrent cette réduction comme un produit financier (acheteur) et une charge financière (vendeur), les normes IFRS et HGB (« German GAAP ») considèrent l’escompte commercial comme une simple réduction du chiffre d’affaires pour le vendeur, de la même manière que les « Rabais, Remises, Ristournes ». Ainsi, la marge brute et le résultat opérationnel diffèrent entre le référentiel comptable français et les référentiels IFRS et allemand.

Conséquences sur l’analyse financière

Plusieurs ratios de profitabilité sont impactés par la différence de comptabilisation de l’escompte.

Le schéma ci-dessous illustre l’impact du retraitement de l’escompte depuis un référentiel français vers un référentiel HGB ou IFRS :

Par conséquent, dans une optique de comparaison, nous recommandons de toujours analyser les ratios de profitabilité sur la base d’un chiffre d’affaires diminué des différentes réductions afin d’utiliser des KPI au plus près de la réalité en terme de trésorerie.